Un programme d'appui technico-économique aux créateurs d'entreprises en Afrique
RETOUR A LA CARTE RETOUR A LA CARTE


Installation d'une usine de transformation de la noix de cajou en Côte d'Ivoire
Il s'agit d'installer une unité capable de transformer 4800 tonnes de noix brutes de cajou dans une localité du nord-est de la Côte d'Ivoire. Après plusieurs étapes faisant intervenir différentes machines et le savoir-faire de la main d’œuvre, le produit fini est une amande vouée à l'exportation. Ce projet s'inscrit dans un cadre institutionnel très favorable puisque l'anacarde s'est imposé au 2ème producteur mondial en dépit des récents troubles politiques. Actuellement, environ 10% de la noix produite est transformée localement, et il manque les capacités pour traiter environ 500 000 tonnes de matières, soit environ 200 usines selon les études gouvernementales. Il y a donc un immense marché disponible pour les transformateurs, qui peuvent disposer de l'implantation locale pour proposer une amande de cajou à un prix environ 20% inférieur aux cours internationaux (déterminé principalement par l'inde qui achète la noix brute en Afrique pour une transformation en Inde, avant de la revendre au reste du monde). Enfin, l'anacarde présente de nombreuses autres sources de revenus, tels que l'exploitation de la pomme de cajou pour le jus, la possibilité d'infuser et de broyerles amandes pour faire du lait ou des pâtes pour la consommations, l'extraction du Cashew Nut Shell Liquid (CNSL) notamment utilisé dans les secteurs de l'industrie automobile, de la cimenterie et des industrie de revêtement spéciaux.