Un programme d'appui technico-économique aux créateurs d'entreprises en Afrique
RETOUR A LA CARTE RETOUR A LA CARTE


Revêtement nanocomposite antimicrobien
La prolifération des microorganismes pathogènes cause de véritables problèmes de santé publique dans les pays subtropicaux comme le Sénégal. Ce phénomène aggravé par l’émergence de souches de plus en plus résistantes aux traitements antimicrobiens classiques, affecte gravement les secteurs de la santé et de l’eau. Les conséquences sont une augmentation des maladies nosocomiales dans les structures de santé et une altération de la qualité microbiologique de l’eau consommée dans certaines zones. L’amélioration de l’hygiène, qui constitue la solution privilégiée à l'heure actuelle pour endiguer ce fléau demande des solutions innovantes. Il est entre autres devenu indispensable de travailler sur de nouveaux produits susceptibles à la fois de prévenir et d’empêcher la prolifération des microorganismes pathogènes dans les endroits sensibles. Le cahier des charges étant fixé, notre attention s’est portée sur les produits à base de métal tel que l’argent (Ag) développés cette dernière décennie dans l'objectif de lutter contre la prolifération microbienne. Ces produits ont montré un fort caractère antimicrobien surtout lorsqu’ils sont sous forme de particules de dimension inférieure à 100 nanomètres (nanoparticules). Une version particulière de ce type de produits antimicrobiens a donc été mise au point. Il s’agit d’une structure nanométrique, composé de nanoparticules métalliques, encapsulées dans une coquille protectrice de silice appelée nanostructure Cœur@Coquille, Métal@Silice Les premiers tests effectués confirment l'intérêt des nanoparticules Cœur@Coquille, Métal@Silice pour l’application visée. Les cœurs métalliques ont été très biocides envers différentes souches de bactéries et champignons tandis que la couche de silice est idéale pour les incorporer dans des substrats. Le projet couvre toute la chaîne technologique, depuis l’optimisation des nanoparticules Métal@Silice jusqu’à la faisabilité de l’industrialisation, en passant par la conception de revêtements antimicrobien nanocomposite constitué du substrat contenant les nanoparticules Métal@Silice. Le projet répond ainsi à plusieurs axes soutenus par le programme Entreprenariat en Afrique (EEA), sur le développement de technologies à forte valeur ajoutée. Il consiste à développer une filière de production de nanoparticules Métal@Silice pour la réalisation de revêtements antimicrobiens ouvrant ainsi des opportunités nouvelles d'amélioration de l’hygiène dans les structures de santé et les endroits de stockage d’eau. La première phase du projet, portera sur la mise en place des ressources de fabrication des nanoparticules Métal@Silice, l’optimisation de leurs propriétés antimicrobiennes en lien avec les besoins d’utilisation. Une deuxième étape du projet vise la réalisation de revêtement nanocomposite avec une phase d’optimisation du mélange substrat + nanoparticules. Enfin, dans une troisième étape les revêtements antimicrobiens seront testés sur support pour évaluer leur efficacité, leur durée de vie et l’impacte environnemental qu’ils peuvent avoir